POINT DE PRESSE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE GOUVERNEUR SUR L’EXPLOITATION MINIERE ARTISANALE INTERDITE A KASULO ET TSHIPUKI

C’est un honneur et une satisfaction de constater une nouvelle fois que vous avez répondu nombreux à mon invitation.

J’aborderai ce jour un sujet qui défraie déjà la chronique dans la prestigieuse Ville Minière de Kolwezi. Il s’agit de l’interdiction de l’Exploitation Minière artisanale de Kasulo et de Tshipuki, deux Sites déclarés, d’ordre du Ministre National des Mines, « Zone Rouge » c’est-à-dire Zone Interdite d’activités minières depuis bientôt trois semaines.

En ma qualité de Gouverneur de Province, je me fais le devoir d’éclairer l’opinion tant locale, provinciale que nationale sur cette question d’actualité.

  • Qu’est ce qui a motivé cette décision ?

Kasulo, dans la grande Commune de Manika, non loin du Quartier Mutoshi et Tshipuki à proximité de la grande Cité de Musonoie sont évidemment les deux sites concernés et leur localisation en plein espace résidentiel favorisait la présence des enfants et des femmes vulnérables, essentiellement les femmes enceintes sur ces lieux d’intenses activités d’exploitation artisanale ; les exposant ainsi à des contaminations de toutes formes; et au regard des normes commerciales internationales, notre Province courrait le risque d’Embargo sur la commercialisation des produits miniers, essentiellement le Cobalt.

C’est donc en toute responsabilité que cette décision a été prise. Ce qui permet à votre Gouvernement Provincial d’initier des actions utiles en vue d’assainir le processus de production artisanale et de garantir les meilleures conditions de commercialisation des produits. Nous avons à cet effet, entrepris des contacts d’intérêt et initié des séances

d’échanges et de réflexions susceptibles d’aider à atteindre cet objectif de manière à rendre de nouveau ces sites fréquentables.

  • Quel est donc l’avenir de ces Sites ?

Des dispositions particulières sont sous examen et des procédures enclenchées au niveau des Ministères National et Provincial des Mines  pour délimiter clairement les carrés miniers concernés, les libérer totalement de la présence permanente des communautés, les isoler en créant des espaces de délimitation et ce en vue d’éloigner de l’esprit des enfants et des femmes vulnérables la tentation de se rapprocher de ces sites. Un comité de surveillance sera mis sur pied avec des instructions précises et des moyens conséquents.

Toutes ces conditions réunies pourraient permettre à l’Autorité de reclasser ces sites dans l’espace vert. C’est-à-dire les rendre de nouveau fréquentables par les Exploitants Miniers Artisanaux.

En attendant, un vaste programme de sensibilisation est en chantier et un appel a été lancé aux partenaires potentiels pour participer à cet effort dans l’intérêt de tous. Ainsi, nous mettrons nos produits miniers à l’abri de toutes formes de préjudices pour sa commercialisation.

D’ores et déjà, nous nous félicitons  de la réponse prompte de CDM qui nous a rejoint dans cet effort et s’est engagé à participer à la matérialisation  de ce Programme  qui consiste à :

  • Sensibiliser par les medias et à travers des descentes sur terrain pour des contacts directs avec les communautés concernées en vue d’obtenir leur adhésion ;
  • Isoler et assainir les espaces qui font actuellement l’objet de l’exploitation artisanale à Kasulo et à Tshipuki ;
  • Négocier la délocalisation des communautés concernées vers des nouveaux sites selon les modalités acceptées par tous ;
  • Décourager la présence des enfants dans ces zones en suscitant leur intérêt pour l’instruction scolaire et/ou l’apprentissage des métiers. A titre d’illustration :
  • CDM construit déjà une école à Kasulo et négocie le contrat avec l’Institut National de Préparation Professionnelle, INPP pour la formation des enfants.
  • L’ONG Les Sœurs du Bon Pasteur est déjà engagée dans l’encadrement des jeunes filles, des femmes et des jeunes garçons sortis des carrières dans le Quartier Kanina;
  • Aménager ces espaces de manière à créer des sites miniers modèles répondant aux exigences du standard international :
  • Sécurité du Travail,
  • Respect de l’Environnement,
  • La Traçabilité facile des Produits Miniers,
  • L’absence totale des enfants et des femmes enceintes.
  • Réduire le risque d’accidents en assurant une découverture mécanisée et appropriée ;
  • Créer des structures efficaces d’encadrement des exploitants miniers artisanaux ;
  • Définir et mettre en œuvre des Projets de Développement des Communautés Locales notamment  les Projets agricoles, le petit élevage, des petits ateliers de couture, de menuiserie,… ;

Il convient de souligner que l’autre apport indispensable  pour faire aboutir cette démarche, devra provenir des exploitants miniers artisanaux  eux – mêmes par leur adhésion à ce programme ambitieux du Gouvernement.

Vous aurez constaté Mesdames et Messieurs de la presse, qu’il s’agit d’une action qui attend le concours de tous et qui a pour finalité le bien-être de tous et une sécurité assurée pour les  communautés concernées directement par cette activité. C’est donc une expérience qui nous permettra à la longue de maitriser encore plus cette nature que Dieu dans sa bonté a bien voulu mettre à notre disposition.

Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *